Les 10 facteurs clés de succès de sa démarche RSE

Jeudi 26 Janvier, nous avons enregistré un webinaire sur “Les 10 facteurs clés de succès de sa démarche RSE”. Ce webinaire a pour objectif de vous présenter les pistes pour une démarche RSE efficace, concrète et rentable. Voici ce qui a été dit durant ce webinaire !

Pourquoi connaître les facteurs clés de succès d’une démarche RSE ?

Pour commencer, nous comparons régulièrement la démarche RSE avec une pâte à crêpes. Pourquoi ? Et bien parce que pour réussir une pâte à crêpes, il faut avoir les bons ingrédients et la technique nécessaire. En RSE, c’est à peu près la même chose, il faut avoir tous les ingrédients pour réussir sa démarche, mais il faut également avoir toutes les astuces et les connaissances suffisantes pour ne pas rater sa "recette".

Connaître ses facteurs clés de succès permet de fédérer autour du projet, d’intéresser l’ensemble de ses parties prenantes, d’avoir une démarche RSE concrète et efficace, ou encore, d’améliorer son impact global.

Découvrir les 10 facteurs clés de succès

Cela permet de faire un bilan de ce qui est déjà fait au sein de l’entreprise. Et bien souvent, on se rend compte qu’on ne part pas de rien, ça donne envie de continuer et d’aller plus loin dans la démarche. Pour évaluer l’existant, l’idéal est de se référer à la norme ISO26000, qui est la norme dédiée à la RSE. 

Ensuite, il est conseillé d’intégrer toutes ses parties prenantes. Pour rappel, les parties prenantes sont toutes les personnes qui ont un lien de loin ou de près avec l’entreprise : les clients, les collaborateurs, les fournisseurs, le territoire, les actionnaires…

Il faut identifier ses parties prenantes, les hiérarchiser, et définir leurs attentes et pour cela, l’idéal est de les questionner. Il faut également définir le niveau de dialogue avec chacune des parties prenantes, et la manière dont le dialogue va s’effectuer.

Il est courant de vouloir aller trop vite dans sa démarche car c’est souvent un sujet qui donne envie de mettre en place des actions rapidement, mais structurer sa démarche va permettre de construire un socle, des bases qui vont être solides et vont permettre de faire vivre le projet sur le long terme. L’objectif est que le projet RSE puisse vivre dans le temps et ne pas s'essouffler à la première difficulté ou si le référent RSE s’en va. 

Se baser sur la norme ISO26000 pour se structurer peut aider. 

Le plan d’action sert à apporter plusieurs informations très importantes : quel est l’objectif de l’action, quelle est la première étape à enclencher, l’équipe projet, le niveau de priorité et un indicateur. Les indicateurs RSE ce sont des données chiffrées qui vont vous permettre de mesurer la démarche RSE et le progrès d’année en année. 

Quand il n’y a pas d’indicateurs définis, il est difficile de savoir où en est la démarche précisément, et c’est beaucoup plus compliqué de communiquer sur ce qui est fait en interne. 

Il est important d’intégrer ses collaborateurs. Le ou la référent.e RSE va avoir en quelque sorte le rôle de chef d’orchestre, et va donner le cadre, les outils et les connaissances aux autres collaborateurs pour permettre à tous de participer à la démarche. On peut inclure ses collaborateurs dans les groupes de travail, ou tout simplement les tenir au courant sur ce qui se passe en RSE en interne. 

Les managers, eux, vont faire le lien entre la stratégie RSE définie par l’entreprise et les collaborateurs. Il est donc primordial qu’ils comprennent pourquoi la RSE existe, à quoi elle sert, comment elle va se déployer, comment s’y prendre etc… sinon, ils risquent de faire obstacle et de ne pas communiquer correctement les informations aux équipes. 

Les entreprises ont parfois peur de communiquer et de valoriser leurs engagements, parce qu’elles pensent ne pas en faire assez, mais si elles attendent d’être parfaites, elles ne communiqueront jamais. Parler de sa démarche RSE aidera vraiment à son développement, en en parlant sur le site internet, sur les réseaux sociaux, sur des affiches ou des rapports… 

Valoriser ses engagements à un avantage en termes d’images et de communication, mais également en termes de travail pour avoir de l’information claire, structurée et organisée. 

Ne pas avoir l’impulsion de la direction risque d’ajouter des difficultés dans le déploiement de la démarche. En effet, on peut réaliser quelques actions sans le soutien de la direction, mais la démarche va rapidement en avoir besoin pour se développer. La plupart des entreprises où la démarche RSE ne fonctionne pas ont des dirigeants qui ne sont pas intéressés par la RSE ou qui sont carrément contre la démarche. 

Les membres du groupe projet RSE seront des alliés qui vont aider le référent RSE dans le déploiement de la démarche, dans sa communication en interne ou encore qui vont rendre la démarche plus vivante. 

Une idée que nous pouvons vous donner est de créer un groupe projet RSE de 8 personnes : le référent RSE et 7 autres personnes, chacune dédiée à un thème de la norme ISO26000, et ces personnes peuvent tourner à chaque semestre par exemple. 

On a besoin, en interne, d’ambassadeurs et d’alliés de la démarche. 

Un autre facteur clé de succès est de sensibiliser et former au maximum. Pour sensibiliser le plus possible ses collaborateurs, répéter de nombreuses fois les enjeux, les problématiques ou encore les objectifs est un bon moyen de les toucher.

Par exemple, si une entreprise réalise un atelier de sensibilisation, elle peut très bien en faire un article, une affiche, un podcast, une vidéo… Répéter le contenu qu’il y a déjà sur des supports différents va multiplier l’impact de la sensibilisation. 

Participer à différents ateliers de sensibilisation est une solution qui peut s’inscrire dans le temps, en fonction du niveau de prise de conscience de l’équipe. 

Parfois, quand le message vient de quelqu’un d’autre, il est mieux accepté, mieux perçu, notamment par les managers et dirigeants. Et surtout, si la RSE ne fait pas partie de l’activité ou des compétences des référents, l’intervenant extérieur aura sûrement de meilleurs outils, de meilleures techniques et connaissances à partager. 

Retrouver le replay du webinaire

Si vous souhaitez sensibiliser vos collaborateurs, les former ou même développer une démarche RSE au sein de votre entreprise, vous pouvez nous contacter

L’éco-anxiété, conséquence du changement climatique

L’éco-anxiété est un terme qui est rencontré de plus en plus souvent, car de plus en plus de personnes la ressentent. En effet, 72% de la population de 30 pays du monde est inquiète face au changement climatique. Pour comprendre ce terme et l’étendue de ce trouble, l’ORSE et Ipsos ont mené une enquête sur ce sujet. Voici ce qui en ressort.

Que veut réellement dire “éco-anxiété” ?

L’éco-anxiété est un concept qui a émergé dans les années 90, et qui est défini comme une forme de stress pré-traumatique face au changement climatique. Les personnes sujettes à l’éco-anxiété ressentent une impuissance face à un avenir incertain.

L’éco-anxiété peut se rapprocher d’un autre concept, celui de “solastalgie”, défini en 2003 par Glenn Albercht. La solastalgie représente plutôt la douleur de perdre son habitat, son lieu de réconfort. Le panel d'émotions ressenties est plus large que celui de l’éco-anxiété : colère, tristesse, angoisse, déprime, impuissance, nostalgie. 

L’éco-anxiété peut toucher tout le monde, elle devient plus récurrente et touche majoritairement les personnes éduquées et/ou anxieuses. De plus en plus régulièrement, les enfants sont touchés. 

Les symptômes principaux de l’éco-anxiété sont les suivants :

Comment faire face à l’éco-anxiété ?

Ressentir de l’éco-anxiété est normal, puisqu’effectivement, nous constatons de plus en plus de conséquences du changement climatique, et celles-ci ne sont pas positives…

Cependant, il faut veiller à ce que cette éco-anxiété ne débouche pas sur un état dépressif généralisé ou un burn out. 

Ainsi, il est possible de mettre en place quelques actions pour contrôler ses émotions. Pour commencer, travailler sur ses émotions permet de mieux les comprendre. Il s’agit également de ne pas s’hyper-responsabiliser ni s’hyper-culpabiliser. Enfin, il est également recommandé d’assumer ses émotions, de ne pas rester seul, ou encore d’apprendre à gérer son stress. 

Il y a de plus en plus d’enjeux pour l’entreprise, puisque la population, et par conséquent les salariés de l’entreprise, sont de plus en plus éco-anxieux.

De plus, le code du travail, articles L.4121-1 et 2 stipule que “l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs”. Ainsi, l’employeur est dans l’obligation de prendre les mesures nécessaires, notamment en prévention des risques. 

D’autant plus que la mise en place d’une démarche RSE, et la sensibilisation des salariés aux problématiques environnementales et climatiques peut créer de l’éco-anxiété. 

Ainsi, l’entreprise ne doit pas négliger les Risques Psycho-Sociaux et doit donner toutes les cartes aux salariés pour ne pas trop souffrir d’éco-anxiété. Pour cela, elle peut bien sûr faire appel à la médecine du travail. 

Au sein de l’entreprise, les bonnes pratiques à adopter pour réduire cette éco-anxiété sont d’encourager la communication, d’encourager et de valoriser l’engagement des salariés, de faire preuve de vigilance notamment par rapport aux remarques éventuelles des salariés, ou encore, s’assurer de prendre en charge correctement les salariés qui en ont besoin.

Ainsi, il est aisé de constater que l’éco-anxiété est un risque à ne pas négliger lors de la mise en place d’une démarche RSE mais peut être rapidement calmée et contrôlée avec quelques bonnes pratiques. 

Retrouver notre infographie synthétique

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez mettre en place des ateliers au sein de votre entreprise, vous pouvez nous contacter. Et pour retrouver le document original de l'ORSE, c'est par ici.

Découvrez notre rapport RSE 2022

Cette année, nous avons décidé de formaliser nos engagements dans un document unique : le rapport RSE. Voici donc un article dédié à la présentation de notre rapport RSE 2022.

Finalement, l'expression "les cordonniers sont les plus mal chaussés" n'est pas toujours vraie !

Pourquoi rédiger un rapport RSE ?

Le rapport RSE est un document synthétique permettant de présenter ses bonnes actions et engagements RSE. Il est souvent rédigé à la suite de la mise en place d’une démarche RSE. Chez Rupture Engagée, nous mettons en place de nombreuses actions RSE, sans pour autant le communiquer. Alors, pour vous présenter noir sur blanc nos bonnes pratiques, nous vous présentons notre rapport RSE 2022. 

Ce document nous permet également de nous engager à améliorer notre démarche en fixant des objectifs à atteindre en 2023.

Découvrir le rapport RSE de Rupture Engagée


Rapport RSE RE par Rupture Engagée

Si, vous aussi, vous souhaitez mettre en place une démarche RSE dans votre entreprise et la formaliser à travers un rapport RSE, vous pouvez nous contacter.

La RSE chez les TPE

Republié le 18/01/23

Ce n'est plus un secret, la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) présente de nombreux avantages. Il y a encore quelques années, la RSE était perçue comme une contrainte, qui prenait du temps, de l'argent, sans jamais en rapporter. Ces dernières années ont permis de déconstruire les idées reçues : La RSE est une démarche rentable y compris pour les toutes petites structures. 

Pourquoi les TPE doivent-elles faire de la RSE ?

Faire de la RSE est une stratégie d'entreprise rentable, qui devient petit à petit la nouvelle norme. Si les grands groupes s'y sont mis il y a une dizaine d'années, à cause de pressions de la part des consommateurs ou des réglementations, les plus petites structures peuvent aussi mettre en place ce type de démarche. 

La RSE chez les TPE

En effet, la RSE concerne les entreprises de toutes tailles, tous secteurs, et tous niveaux. Et cela peut être un véritable levier de performance pour les TPE : Fédérer et fidéliser ses collaborateurs, se différencier et gagner de nouveaux clients, booster sa marque employeur, faire des économies concrètes, contribuer à la résolution des problématiques sociales et environnementales actuelles ... La RSE chez les TPE c'est possible, elle a toute sa place chez les petites structures de moins de 20 salariés. 

Les challenges RSE des TPE

A la différence des plus grandes structures, la RSE chez les TPE n'est pas obligatoire. Les TPE n'ont pas d'obligations légales de faire de la RSE. De ce fait, les ressources allouées à ces sujet sont souvent limitées : Si parfois on a la chance d'avoir un "référent RSE", qui est en charge de ces questions là en plus de sa fonction de base, il est très rare de retrouver une personne à 100% dédiée sur ce sujet. Les TPE sont alors face à 2 challenges

Les TPE passent donc à côté de tous les avantages liés à une démarche RSE, alors que cette stratégie serait facile à mettre en place, permettant rapidement d'obtenir une démarche RSE efficace et rentable. 

La RSE chez les TPE

Nous ne sommes jamais trop petits pour agir, et le ROI d'une démarche RSE n'est pas que réservé aux grandes entreprises. C'est ce que l'entreprise Rupture Engagée, société de conseil en RSE, prouve au quotidien, via l'accompagnement RSE qu'elle propose aux TPE. 

Comment les TPE peuvent-elles faire de la RSE ? L'accompagnement de Rupture Engagée !

Notre société de conseil RSE est spécialisée pour les petites structures. Notre fondatrice, Marion MARTINEZ, a longtemps travaillé pour le label LUCIE, et pour EcoVadis, et connaît ainsi les problématiques des petites structures, pour faire vivre leurs engagements et actions RSE. 

Retrouvez le "Pack d'accompagnement RSE" spécialement réfléchi pour les petites structures de moins de 15/20 personnes ici ! Ce pack comprend 3 étapes essentielles

Durant 3 à 4 mois, Rupture Engagée vous accompagne sur ces différentes étapes, notamment grâce à une formation sur la RSE et la norme ISO26000, un atelier de sensibilisation à destination de tous les collaborateurs, un accompagnement à l'auto-évaluation RSE, ainsi qu'à la rédaction du plan d'action, dans l'objectif final de mettre en place une démarche efficace et rentable. 

Une formation sur la communication RSE est aussi délivrée, afin de permettre aux TPE de valoriser leurs actions et engagements. Si besoin, les TPE peuvent aussi compléter ce pack avec des prestations "optionnelles", comme la rédaction d'un rapport RSE adapté à leur structure, ou la valorisation externe de leur démarche via une plateforme partenaire comme Zei. Notre cabinet de conseil RSE est d'ailleurs classé 3ème cabinet de conseil RSE le plus performant sur le plus environnemental.

"Cela prouve bien qu'il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup de moyens humains ou financiers pour être exemplaire. Ces engagements assurent notre crédibilité, et nous permettent de nous différencier d'autres cabinets RSE beaucoup moins engagés, ou qui comprennent moins bien les challenges RSE des toutes petites structures "

Marion MARTINEZ

Ensemble pour la structuration des démarches RSE chez les TPE !

La RSE est une démarche rentable, véritable levier de performance, qui devient indispensable à toute entreprise. Les TPE comme toute autre entreprise, sont concernées par ces enjeux, et peuvent obtenir de nombreux avantages et bénéfices en structurant, valorisant et animant leur démarche RSE. 


Rupture Engagée est spécialisée dans la RSE pour les petites structures. Alors si votre société fait moins de 20 salariés, et que vous souhaitez gagner du temps en construisant votre démarche RSE à nos côtés, contactez-nous !

Nous prendrons le temps d'identifier vos besoins, afin de vous proposer un accompagnement personnalisé, correspondant à vos problématiques et challenges ! 

Découvrez notre calendrier des évènements RSE 2023

En ce début d’année 2023, retrouvez le nouveau calendrier des événements RSE 2023 de Rupture Engagée. Journées mondiales ou semaines dédiées à des événements RSE, peuvent devenir de parfaites occasions pour animer sa démarche. Voici notre calendrier RSE 2023 !

Pourquoi créer un calendrier des événements RSE 2023 ?

Les journées et semaines mondiales liées au Développement Durable et à la RSE sont des moments privilégiés pour organiser des événements et faire vivre sa démarche RSE. En effet, il existe plus d’une quarantaine d’événements RSE focalisés sur des journées mondiales en lien avec le développement durable. De même, il existe presqu’une vingtaine de semaines thématiques dédiées à la création d’événements RSE. Ces journées et semaines sont à mettre en avant en externe, afin de faire vivre la démarche RSE du côté de ses fournisseurs, clients ou partenaires, mais aussi et surtout à préconiser en interne de l’entreprise. Organiser un événement RSE en interne permet de travailler sur la qualité de vie au travail des parties prenantes internes tout en alimentant et en construisant sa démarche RSE.

Découvrir le calendrier des événements RSE 2023

Et si vous souhaitez profiter de ces événements pour animer la démarche RSE au sein de votre entreprise, mais que vous ne savez pas par où commencer, n'hésitez pas à nous contacter !

Les exemples d'indicateurs RSE

En ce début de mois, Marion MARTINEZ a enregistré un webinaire d’environ 30 minutes portant sur les  40 principaux indicateurs RSE. Ces 40 indicateurs sont détaillés sur l’affiche ci-dessous ainsi que sur le replay du webinaire présent sur YouTube. Voici un résumé de ce qui a été évoqué  dans ce dernier, en expliquant dans un premier temps ce qu’est un indicateur RSE et en second temps en illustrant avec des exemples d’indicateurs RSE.

Qu’est-ce qu’un indicateur RSE ?

Un indicateur RSE est un outil qui va permettre de savoir quels sont les points à améliorer dans votre entreprise afin de pouvoir la faire performer et établir les bonnes stratégies pour appliquer au développement durable et adopter les bons comportements sociétaux. Les indicateurs RSE permettent en premier lieu de connaître son point de départ dans une démarche sociétale et environnementale. Il est important de travailler avec ces indicateurs pour que l’entreprise adopte une meilleure communication sur sa démarche RSE. Les indicateurs chiffrés et les réponses concrètes garantissent une crédibilité et un engagement de la part de l’entreprise. Grâce aux indicateurs RSE, l’entreprise peut avoir une conscience de son évolution et elle peut donc encore plus s’engager  dans sa progression. Il est important de réévaluer ses indicateurs au minimum une fois par semestre.

Il existe aussi des logiciels qui accompagnent les sociétés dans leurs démarches et qui travaillent avec les indicateurs, comme par exemple le site internet Zei.

Les exemples d’indicateurs RSE

Les indicateurs RSE sont représentés par des chiffres, mais ils proviennent la plupart du temps de questionnaires, sondages, signatures de chartes, ou encore de données officielles. 

Ils peuvent provenir de données que l’entreprise possède avant même de mettre en place une démarche RSE, tels que des indicateurs classiques de ressources humaines (taux d’absentéisme, accidents du travail…)

Ces indicateurs sont répartis selon la norme ISO26000 qui est divisée en 7 thèmes : 

Voici une liste non-exhaustive d’indicateurs RSE utiles pour l’entreprise :

Après avoir vu quelques exemples d’indicateurs RSE par thèmes, les entreprises  peuvent se rendre compte qu’elles font déjà certaines choses relevant de la RSE, sans le savoir, et il est donc important d’approfondir ces sujets. 

Pour suivre notre activité ou actualité, rendez-vous sur la rubrique évènements de notre site internet et pour plus d’informations n’hésitez pas à nous contacter.

Que faut-il savoir sur l’économie circulaire ?

Au début de ce mois de novembre 2022, nous avons enregistré un webinaire dédiée à l’économie circulaire. Voici un résumé de ce que nous avons pu dire pendant 30 minutes.

L’économie circulaire VS l’économie “classique”

Pour commencer, nous allons expliquer ce que l’on entend par “économie classique”. Cette notion est plutôt simple, il s’agit de fabriquer avec des matières premières neuves, puis d’utiliser l’objet fabriqué, puis, lorsqu’il ne fonctionne plus ou que nous n’en avons plus l’utiliser, le jeter. 

Nous nous rendons de plus en plus compte que c’est un modèle qui n’est pas viable surtout en ayant en tête toutes les problématiques environnementales et sociales auxquelles nos sociétés sont confrontées en ce moment.

Il y a donc une autre forme d’économie qui émerge : l’économie circulaire.

Selon le ministère de l’écologie, l’économie circulaire consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets. Il s’agit de passer d’une société du tout jetable à un modèle économique plus circulaire.

Concrètement, l’économie circulaire propose de repenser nos modes de production et de consommation afin d’optimiser l’utilisation des ressources naturelles et ainsi limiter les déchets générés. Au lieu de jeter, il s’agit de réemployer, de réparer et de recycler. 

L’économie circulaire ne concerne pas seulement la fin de vie, elle concerne également la fabrication avec l’éco-conception par exemple, une meilleure consommation, plus durable ou encore des systèmes de réparation efficaces afin d’allonger la durée de vie de l’appareil. 

De plus, un autre concept va encore plus loin que l’économie circulaire, il s’agit de l’économie régénératrice, qui pousse encore plus la réduction des impacts.

Pourquoi changer de modèle ?

Il devient primordial de changer de modèle puisque beaucoup de produits sont fabriqués avec des matières premières d’origine fossile et donc non renouvelables, mais surtout leur extraction, leur transformation et leur fin de vie sont extrêmement polluants.

Selon l’OCDE, en 2007, l’économie mondiale a utilisé 60 milliards de tonnes de matières premières, et on pense à 150 milliards de tonnes en 2050. En sachant que la population mondiale est en hausse et que nos habitudes demandent de plus en plus de consommation de biens, ce qui implique une potentielle hausse dans les années à venir. 

Ces consommations de biens en augmentation entrainent évidemment une augmentation des empreintes de CO2 mondiales, notamment à cause de la fabrication et une augmentation de la pollution avec l’utilisation et la fin de vie des biens, qui sont souvent insuffisamment recyclés ou réutilisés.

C’est pour cela que changer de modèle vers un modèle plus résilient est indispensable pour réduire au maximum les impacts de nos habitudes et de nos usages.

Comment faire ce changement vers l'économie circulaire ?

Premièrement, il existe une loi sur l’économie circulaire, la loi AGEC (loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire). Elle est constituée de plusieurs axes principaux :

Cette loi doit donc être appliquée par les entreprises et collectivités. 

Il est également possible, pour les citoyens, de rejoindre une association spécialisée dans l’économie circulaire, pour se renseigner, apprendre les bonnes pratiques, voire pour diffuser ses connaissances. Il existe de nombreuses associations sur ce sujet, l’idéal est de choisir une association locale. 

Pour ceci, il existe un outil : Cart’éco, qui permet de localiser plus 1500 acteurs de l’économie circulaire et de l’ESS en France, et donc de savoir ce qui se passe près de chez soi. 

Il existe également  plusieurs ateliers de sensibilisation à l’économie circulaire, tels que la Fresque de l'Économie circulaire. Plus globalement, il est important de se renseigner et de se sensibiliser sur les problématiques environnementales et sociales mondiales, pour comprendre les enjeux globaux. Ne pa shésiter également à consulter le site de L'institut National de l'économie circulaire.

Quelques exemples d'acteurs de l'économie circulaire

Le premier exemple est un acteur majeur de La Rochelle, il s’agit de La Matière. La Matière est un mélange entre un tiers lieu, une association et une entreprise, créé par Julien Duranceau. Cet acteur est majeur pour l'économie circulaire mais aussi la sobriété et la low-tech. En effet, l'équipe réalise des ateliers de sensibilisation au public, de la revalorisation d’objets inutilisés, et ils accompagnent également les entreprises qui souhaitent mettre en place des démarches de réduction des déchets.

Voici une vidéo de présentation de La Matière :

Un autre acteur local que nous aimerions mettre en avant est Echo-mer. Cette association lutte contre la pollution des océans, et s’implique dans des projets en lien avec la protection de l’environnement et du littoral, et dans le développement durable. 

Ils réalisent des ateliers de sensibilisation dans des écoles et aux plaisanciers, des balades citoyennes ou encore des nettoyages du port. Ils ont également un magasin proposant des articles issus de matières recyclées et revalorisées. Ils y vendent des sacs, poufs, coussins paniers et accessoires, à partir de voiles, liège, ou encore poches à huitres. 

Ensuite, nous vous invitons à consulter Cart’éco pour trouver les acteurs locaux qui sont proches de chez vous !

Et enfin, si vous souhaitez retrouver le replay du webinaire, le voici !

Et si vous souhaitez découvrir nos autres webinaires, rendez-vous sur notre site internet !

La norme ISO 26000

Republié le 27/10/2022

Pour structurer sa démarche RSE, il existe plusieurs cadres et référentiels dont la norme ISO26000 fait partie. Publiée en novembre 2010, elle a été promulguée par l’Organisation Internationale de Normalisation : l’ISO. Elle permet de définir clairement les notions de développement durable et responsabilité sociétale. L’ISO26000 est une norme d’organisations responsables qui contient un ensemble de lignes directrices. Elle permet ainsi aux entreprises de déployer une démarche RSE complète et ambitieuse.  

Norme ISO26000 : origines et définition

Une norme qui fait l'objet d'un consensus international

L’ISO26000 a été élaborée par une approche multi-parties prenantes avec la participation d’experts de plus de 99 pays et de 42 organisations internationales couvrant divers aspects de la responsabilité sociétale. Ces experts étaient tous issus de groupes différents : consommateurs, pouvoirs publics, industrie, travailleurs, ONG… permettant de répondre au maximum aux besoins et souhaits de chacun en termes de démarche RSE. C’est après cinq années de négociation que le texte dépeignant la norme ISO26000 est adopté en septembre 2010 avec 93% des voix des pays participants (5 votes contre, dont l’Inde et les USA). On parle ainsi de consensus international.

Cette norme mettant en lumière la démarche RSE, est donc apparue en France le 1er novembre 2010 et est appliquée dès le 13 novembre 2010. Elle s’applique ainsi à l’organisation dans son ensemble quelle que soit son activité, sa taille ou sa localisation. Elle instaure, d’une part, une réflexion stratégique autour de la démarche RSE. Et coordonne, d’autre part, la mise en œuvre d’actions cohérentes grâce à l’entretien de nombreux textes internationaux sur des problématiques liées à la démarche RSE (GRI, OCDE, Objectifs du DD…). 

Selon l’ISO 26000, la norme vise à promouvoir une compréhension commune dans le domaine de la responsabilité sociétale. Elle a pour objectifs d’accompagner les organisations dans l’application des notions de développement durable avec l’aide de plusieurs lignes directrices méthodiquement pensées pour agir sur l’ensemble des aspects de l’organisation. 

Une application volontaire et progressive

La norme ISO26000 propose ainsi des recommandations pour structurer sa démarche RSE, elle fait partie des normes non-certifiables. Pour rappel, il existe deux types de normes : les certifiables (qui représentent seulement 5% des normes), et les non-certifiables. Les normes certifiables telles l’ISO 9001 ou l’ISO 14001 sont accréditées par l’État et certifiées par un Organisme certificateur tel l’Afnor qui procède à une évaluation et un audit apportant ainsi son expertise professionnelle. Concrètement, alors qu’une norme certifiable donne des obligations, les normes non-certifiables donne des directions, ce qui se traduit textuellement par « il convient de » plutôt qu’« il faut que ». La norme ISO26000 apparait donc comme un guide modulable en fonction du cas de l’entreprise, on parle d’alignement et non de conformité. 

Par ailleurs, on observe qu'une démarche RSE n'est pas obligatoire pour les TPE/PME mais bien issue de volontariat, bien que d'après France Stratégie : "au plus on va pousser la règlementation, au plus cela va inciter les entreprises à prendre de bonnes initiatives en termes d'éthique et d'environnement."

Champs d’actions

La norme ISO26000 est l’idée que les entreprises, les organisations existent dans et par la société et qu’elles ont des comptes à lui rendre, qu’elles doivent être actrices à part entière du développement durable. Cette dernière permet de :

La norme ISO26000 permettant une démarche RSE efficace est composée de 7 questions centrales interdépendantes.

Les 7 questions centrales de la norme ISO26000

Il convient de mesurer les impacts qu’une organisation génère au regard de chaque question centrale que la norme ISO26000 cultive. Ces questions lui permettent de concrétiser la mise en place de la démarche RSE. Ce sont donc 7 questions qui sont investies et déclinées en 36 domaines d’actions.

Norme ISO 26000 RSE
  1. La gouvernance : c’est-à-dire la manière dont est organisée l’entreprise tant sur le plan décisionnel que sur le plan stratégique. La gouvernance facilite la mise en place de processus et structures promouvant l’utilisation des principes et pratiques de la Responsabilité Sociétale. En théorie « La gouvernance d'une organisation est le système par lequel une organisation prend des décisions et les applique en vue d'atteindre ses objectifs. »En pratique, la gouvernance de l'organisation est le facteur le plus important. Une gouvernance efficace doit intégrer les principes de la RSE dans les processus de décisions et de mise en œuvre. Elle est au cœur de multiples questionnements : comment l'entreprise a-t-elle identifié ses valeurs ? Comment la stratégie de l'organisation est-elle définie ? Quels indicateurs paraissent déterminants pour une gestion pérenne de l'organisation ?

    À privilégier pour une bonne pratique pour sa démarche RSE : Inscrire la RSE dans les documents de référence interne (Stratégie, accueil des salariés, fiches de poste..), établir une cartographie des risques : humains, économiques, environnementaux, ou aussi mettre en place un plan de communication avec les parties prenantes.


  2. Les droits de la personne : cette question, très détaillée dans l’ISO26000, s’attache à la prévention de la complicité aux droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Elle incite à ne prendre part ni activement, ni passivement aux violations des droits fondamentaux et en assurer le respect. Tout en analysant sa capacité à influencer ou encourager d’autres structures sur le respect des DH (sphère d’influence). Elle intègre la notion de vigilance ce qui est primordial : le devoir de vigilance passe « par l'identification des risques de non-respect des principes décrits par les droits de l'homme au sein de sa propre structure mais également au sein du territoire où elle exerce ses activités. » Elle pose question sur les droits fondamentaux de travail, la politique salariale et sa gestion, mais aussi sur les fournisseurs auxquels l’entreprise est liée et leurs pratiques des Droits de l’Homme. Elle fait s’interroger sur les modes de production, la main d'œuvre employée, le contexte social et/ou politique lieu de la production, les formes de discrimination et mettre en œuvre des moyens de remédier aux éventuelles atteintes.

    Quelques exemples à suivre : mettre en place une formation à la non-discrimination dans son entreprise, être signataire de la charte de la diversité ou encore préciser et communiquer les sanctions, internes à l’entreprise et légales en cas de harcèlement et de sexisme.


  3. Les relations et conditions de travail : ses domaines d’actions concernent le dialogue social, la santé et la sécurité au travail mais aussi le développement du capital humain. Elle conseille de mettre en œuvre des conditions de travail équitables et satisfaisantes pour ses salariés. De leur créer un environnement favorable à leur épanouissement (dialogue social, rémunérations justes et équitables, respect de leur intimité, employabilité…). Elle interroge les entreprises dans leur démarche RSE sur les questions types suivantes : Comment mon entreprise s'assure-t-elle que les conditions de travail sont conformes à la législation ? Quels moyens je mets en place pour motiver mon personnel ? Quelles actions sont menées dans mon entreprise pour répondre aux exigences d'hygiène, de sécurité et de santé ?

    Il convient pour y répondre de formaliser une politique de préventions des risques, d’écrire et diffuser une charte sur le droit à la déconnexion, de rédiger un guide d’accueil et de bonnes pratiques, ou d’aménager les horaires de travail (arriver plus tôt pour terminer plus tôt, ou à l’inverse plus tard).


  4. L’environnement : parce que chaque entreprise par son activité, sa localisation et sa structure, impacte l'environnement, cette question repose sur 4 points. La prévention de la pollution (émissions dans l’air, rejets dans l’eau, déchets…), l’utilisation durable de ressource (améliorer son efficacité énergétique, écoconception…), l’atténuation des changements climatiques (réduction des gaz à effet de serre), in fine la protection de l’environnement et de la biodiversité (utilisation des sols et des ressources naturelles de manière durable). Elle incite au respect et à la promotion des principes environnementaux, à travers une approche intégrée. À noter qu’aujourd’hui seulement 2% des entreprises intègrent la biodiversité dans leur politique environnementale.

    L’idée est donc de mettre en œuvre une évaluation de l’impact environnemental des actions, d’utiliser des produits éco labélisés, de réaliser une Analyse Cycle de Vie (ACV) ou même de former aux éco gestes et à l’éco conduite. 


  5. La loyauté des pratiques (éthique des affaires) : cette question s’attache à la lutte contre la corruption, la promotion de la Responsabilité Sociétale dans la chaîne de valeur (sensibilisation) au respect des droits de propriété (tant physique qu’intellectuel), à l’engagement politique responsable (transparence en termes de lobbying, interdire la désinformation…) et à la concurrence loyale. L’éthique concerne en effet les valeurs d’honnêteté, d’intégrité et d’équité, c’est pourquoi on s’intéresse à la sélection des fournisseurs, aux critères RSE dans la chaîne de sous-traitance, au choix de fournisseurs locaux et engagées... Ce qui pousse les organisations à se demander comment intégrer des critères RSE dans le cahier des charges et comment vérifier ces critères. 

    Pour y répondre, il est envisageable de mettre en place un suivi du délai de paiement par fournisseur, de sensibiliser les acheteurs aux achats responsables et de faire signer un guide de bonnes pratiques commerciales à l’ensemble des salariés, ou encore de favoriser des fournisseurs locaux.


  6. Questions relatives aux consommateurs : plusieurs domaines d’action lui sont consacrés comme la protection des données et de la vie privée des consommateurs, la consommation durable (surconsommation, respect des animaux…), l’accès aux services essentiels (eau, gaz, électricité…), l’éducation et la sensibilisation, le SAV, l’assistance et la résolution des litiges pour les consommateurs ( traitement des réclamations…) ou encore l’importance des pratiques loyales en matière de commercialisation, d’information et de contrats (pas de termes contractuels abusifs, des infos claires et vraies). Il est alors de mise de se questionner sur les risques liés à l’utilisation des produits de son entreprise ou encore sur les moyens mis en place pour le retour de produits défectueux par exemple.

    Il est possible de mettre place un dispositif de collecte et de mesure de la satisfaction des clients, de réaliser une enquête de satisfaction client, de mettre en place une F.A.Q ou de renforcer des partenariats auprès des territoires.


  7. L’ultime question en non des moindres concerne le développement local et l’intérêt général. Ses domaines d’action sont la santé, l’investissement dans la société, la création d’emplois et le développement de compétences, tout comme le développement des technologies et l’implication auprès des communautés. Il convient que l’organisation se considère comme faisant partie intégrante de la communauté (zone géo ou groupe de personnes partageant des caractéristiques particulières), la reconnaisse et envisage d’apporter son appui aux politiques publiques concernées. On peut se demander comment l'organisation s'implique dans des réponses aux enjeux portés par son territoire d'implication, ou encore comment l'entreprise contribue à la création de richesse sur son territoire.

    Peut être mis en œuvre : un comité de mécénat, un indicateur permettant de définir le pourcentage d’achats locaux, un partenariat avec une action solidaire associant les parties prenantes, travailler avec des ESAT...

La norme structurante des démarches RSE de Rupture Engagée

Si cette norme est si centrale pour Rupture Engagée c’est parce qu’elle rythme son fonctionnement. En effet, notre technique d’accompagnement pour la démarche RSE est basée sur la norme ISO26000. Cette norme comprend l'ensemble des champs d'action qui nous paraissent essentiels pour vous accompagner dans vos démarches RSE.

Démarche RSE

Cette démarche holistique est le référentiel le plus approprié à nos yeux pour penser et construire à vos côtés une démarche RSE solide et pérenne.

Nous vous conseillons grandement de mettre en place une démarche RSE en suivant les principes de cette norme, car c'est la norme RSE la plus complète, crédible, et facile à mettre en œuvre. Vous pouvez nous contacter pour plus d'informations !

Les facteurs clés de succès pour réussir sa démarche RSE

Republié le 13/10/22

Engager une démarche RSE pour son entreprise est sûrement l’une des meilleures décisions pour assurer sa longévité ! En effet, une telle démarche comporte de nombreux avantages car elle vise l’amélioration des performances, la réduction des coûts ou encore le développement de relations durables au sein de l’entreprise. Mais comment la mettre en place ? Par où commencer ? Comment réussir sa démarche RSE ? Aujourd'hui, on vous partage les facteurs clés de succès d'une démarche RSE efficace et rentable. 

Faire face aux blocages

Rupture Engagée a d’ores et déjà accompagné des dizaines d'entreprises, dont certaines qui, malgré leurs efforts, n'arrivaient pas à tirer profit de leur démarche RSE. C’est nécessairement frustrant de ne pas parvenir à obtenir les résultats souhaités lorsqu’on s’en donne les moyens et qu’on en a la volonté. Mais faire des efforts pour être plus engagé, l’investissement de ressources en accord avec ses valeurs peut être vain si la méthode employée n’est pas optimale. Réussir sa démarche RSE passe par l’information et l’accompagnement et c’est pourquoi nous vous délivrons nos conseils pour aller plus loin dans votre démarche RSE. Voici nos astuces clés pour réussir sa démarche RSE et lui permettre de vous être réellement favorable et rentable.

Réussir sa démarche RSE en suivant une méthode qui fonctionne !

Mettre en place une démarche RSE ne s'improvise pas, mais s’apprend. Loin d’être innée, la démarche RSE peut parfois sembler obscure à initier. Pas de panique, on vous soumet notre méthode efficace pour réussir sa démarche RSE !

Voici la méthode que nous utilisons, et que nous préconisons de suivre pour réussir sa démarche RSE dans son entreprise :

Travailler en équipe : le chemin vers la réussite !

Notre deuxième conseil pour réussir sa démarche RSE c’est de privilégier les rapports humains et ne jamais les sous estimer.

Réussir sa démarche RSE

Il faut savoir qu'une démarche RSE ne fonctionne pas sans l'impulsion du dirigeant. Réussir sa démarche RSE c’est être le moteur de cette démarche ! Mais elle ne fonctionne pas non plus sans l'implication des collaborateurs. En effet une démarche RSE doit être appliquée par l'ensemble des parties prenantes internes de l'entreprise pour fonctionner. C'est pourquoi le travail en équipe est de mise.

Enfin, on vous propose d'envisager le travail en équipe grâce à la norme ISO26000. Cette norme comprend 7 questions centrales : 7 thèmes différents tous plus importants les uns que les autres. Nous vous préconisons de former des groupes de travail volontaires sur chacune des questions centrales de la norme ISO26000 ! C'est une astuce simple et efficace pour mobiliser ses collaborateurs !

Faire vivre sa démarche RSE en faisant appel à l'expertise de Rupture Engagée !

Entretenir sa démarche RSE c’est l’optimiser ! Plusieurs choix sont possibles, comme on dit souvent, tous les chemins mènent à Rome, et bien pour les astuces qui suivent, c’est pareil ! Elles vous mèneront toutes à la réussite !

La première clé pour appliquer sa démarche est d’opter pour l’organisation d’un atelier d'intelligence collective ! C’est connu, on est toujours plus performant lorsque plusieurs cerveaux réfléchissent dans un but commun. On peut, ainsi, faire ressortir de très belles idées lors d'ateliers d'intelligence collective, c’est pourquoi il ne faut plus hésiter à se lancer ! Rupture Engagée vous propose son expertise pour trouver le moment idéal afin d’organiser ce type d’atelier dans votre entreprise, un atelier qui répondra à votre principal challenge du moment.

Former et sensibiliser ses collaborateurs à la RSE est un autre point essentiel pour réussir sa démarche RSE ! En effet, la formation et la sensibilisation permettent la bonne application d’une démarche RSE et le respect des enjeux de l’entreprise. Les parties prenantes doivent comprendre Qu’est-ce que la RSE pour pouvoir être impliquées dans cette démarche. Ces dernières seront ensuite les meilleurs ambassadeurs pour parler des engagements de votre entreprise ! 

Enfin, mobiliser ses collaborateurs le temps d'une conférence inspirante est une manière efficace de les inciter à passer à l'action ! Cela peut être une conférence sur la RSE, ou sur la transition écologique. Pleins de choses peuvent être mises en place pour réussir sa démarche RSE grâce à l’expertise de Rupture Engagée. Alors, qu’attendons-nous pour en discuter ensemble ? 


Prenons un rendez-vous sans plus tarder et faisons de votre démarche RSE une démarche pérenne, efficace et rentable !

Les 8 avantages d'une démarche RSE pour une TPE-PME

Republié le 22/09/22

Initier une démarche RSE au sein de son entreprise comporte de nombreux avantages pour sa gouvernance et sa pérennité. Bien que ce type de démarche soit investie par beaucoup d’entreprises et notamment par les TPE et PME, peu d'entre elles développent des démarches RSE structurées et valorisées. En effet, d'après une étude de Bpifrance Le Lab, 50% des dirigeants de PME ont une véritable démarche RSE ! Mais uniquement 25% ont une démarche structurée avec un plan d'actions à court ou moyen terme. C’est pourquoi il est essentiel de connaître sans plus tarder les avantages d’une démarche RSE. Ça tombe bien, on vous dit tout dans cet article !

La RSE en quelques mots

Pour rappel, la Responsabilité Sociétale des Entreprises correspond à l’application du développement durable en entreprise et comprend diverses dimensions : sociales, environnementales, éthiques et économiques. La RSE est donc l’application volontaire de ses dimensions et enjeux dans la stratégie et les pratiques d’une entreprise. Cette dernière prend tout son sens lorsqu’on comprend ses fondements et que l’on prend connaissance de ses cadres et référentiels légaux. Les avantages d'une démarche RSE sont réels c'est pourquoi la RSE est plus que jamais, aujourd'hui, une démarche centrale à adopter pour les entreprises !

Structuration un jour, structuration toujours !

La structuration, c'est-à-dire le processus visant l’organisation, la configuration et l’articulation de procédés, est la clé pour engager son entreprise et ainsi découvrir les avantages d’une démarche RSE. Pour dégager ces fameux avantages d’une démarche RSE, vous l’aurez compris : il faut structurer ! Oui, mais pourquoi ?

Avantages d'une démarche RSE

Structurer sa démarche RSE est une étape indispensable pour :

- Mettre en place de véritables engagements

- Travailler sur tous les thèmes de la RSE

- Communiquer sur les actions RSE et les valoriser

- Être crédible auprès de ses parties prenantes

- Tirer profit des avantages d'une démarche RSE efficace et rentable.

Mais quels sont ces avantages d'une démarche RSE ?

8 avantages d’une démarche RSE

Les avantages d’une démarche RSE sont nombreux ... mais en voici quelques-uns pour y voir un peu plus clair :

Avantages d'une démarche RSE

Anticiper les contraintes et prévoir les risques :

Si aujourd'hui les TPE/PME n'ont pas d'obligations légales de faire de la RSE, cela ne saurait tarder, alors autant prendre de l'avance sur ces sujets. De plus, identifier les risques permet de mieux les prévenir, et mieux les gérer. Cela permet donc de réduire les risques sociaux et environnementaux, et la réparation qui peut être nécessaire ..!

Réduire les coûts liés à l'activité de l'entreprise :

Évidemment, une démarche RSE permet de réaliser des économies. Réduction des consommations d'eau, d'énergie, de papier, réduction des coûts liés au turnover, à l’absentéisme, augmentation de la performance ... Une démarche RSE rapporte de l'argent, et c'est mesurable concrètement !

Améliorer la qualité de vos services et votre valeur ajoutée :

En co-construisant de nouvelles solutions avec vos parties prenantes, pour répondre à de nouveaux besoins.

Améliorer la réputation de votre entreprise :

Une démarche RSE structurée permet d'améliorer votre image de marque, et peut devenir un véritable facteur de différenciation auprès de vos concurrents, lors d'appel d'offre, etc.

Attirer et garder des talents :

76% des millénials estiment que l'engagement sociétal d'une entreprise est plus important que le salaire. Un salarié qui se sentira aligné avec vos valeurs, sera fidèle à votre entreprise et sera plus performant au quotidien.

Fédérer les collaborateurs autour d'un projet commun :

Les collaborateurs souhaitent être impliqués dans la démarche RSE de leur boite ! C'est un véritable facteur de cohésion et de responsabilisation des équipes.

Avantages d'une démarche RSE

Développer des relations durables avec vos parties prenantes :

En les identifiant, les hiérarchisant, vous pouvez développer une véritable relation de confiance et de coopération avec elles.

Améliorer la performance de l'entreprise :

Evidemment ! Une démarche RSE structurée et suivie est rentable, et permettra à votre entreprise d'être plus performante.

Oui, les avantages d’une démarche RSE sont nombreux ! Mais pour les obtenir, il n'y a pas de secret : encore une fois, il faut structurer sa démarche RSE.

Structuration, anticipation et amélioration telles sont les promesses et les avantages d’une démarche RSE efficace et rentable ! 

Pour aller plus loin, découvrez notre brochure sur la valorisation de vos engagements RSE :

Vous faites sûrement déjà de la RSE sans le savoir, et vous avez peut-être déjà commencé à structurer votre démarche. Bravo !

Et maintenant, si on voyait ensemble comment aller un cran plus loin ?

Nous vous proposons d'organiser un échange téléphonique dans les jours qui viennent, afin de déterminer ensemble les prochaines étapes afin de structurer davantage votre démarche RSE !