La norme ISO26000

Pour structurer sa démarche RSE, il existe plusieurs cadres et référentiels dont la norme ISO26000 fait partie. Publiée en novembre 2010, elle a été promulguée par l’Organisation Internationale de Normalisation : l’ISO. Elle permet de définir clairement les notions de développement durable et responsabilité sociétale. L’ISO26000 est une norme d’organisations responsables qui contient un ensemble de lignes directrices. Elle permet ainsi aux entreprises de déployer une démarche RSE complète et ambitieuse.  

Norme ISO26000 : origines et définition

Une norme qui fait l'objet d'un consensus international

L’ISO26000 a été élaborée par une approche multi-parties prenantes avec la participation d’experts de plus de 99 pays et de 42 organisations internationales couvrant divers aspects de la responsabilité sociétale. Ces experts étaient tous issus de groupes différents : consommateurs, pouvoirs publics, industrie, travailleurs, ONG… permettant de répondre au maximum aux besoins et souhaits de chacun en termes de démarche RSE. C’est après cinq années de négociation que le texte dépeignant la norme ISO26000 est adopté en septembre 2010 avec 93% des voix des pays participants (5 votes contre, dont l’Inde et les USA). On parle ainsi de consensus international.

Cette norme mettant en lumière la démarche RSE, est donc apparue en France le 1er novembre 2010 et est appliquée dès le 13 novembre 2010. Elle s’applique ainsi à l’organisation dans son ensemble quelle que soit son activité, sa taille ou sa localisation. Elle instaure, d’une part, une réflexion stratégique autour de la démarche RSE. Et coordonne, d’autre part, la mise en œuvre d’actions cohérentes grâce à l’entretient de nombreux textes internationaux sur des problématiques liées à la démarche RSE (GRI, OCDE, Objectifs du DD…). 

Selon l’ISO 26000, la norme vise à promouvoir une compréhension commune dans le domaine de la responsabilité sociétale. Elle a pour objectifs d’accompagner les organisations dans l’application des notions de développement durable avec l’aide de plusieurs lignes directrices méthodiquement pensées pour agir sur l’ensemble des aspects de l’organisation. 

Une application volontaire et progressive

La norme ISO26000 propose ainsi des recommandations pour structurer sa démarche RSE, elle fait partie des normes non-certifiables. Pour rappel, il existe deux types de normes : les certifiables (qui représente seulement 5% des normes), et les non-certifiables. Les normes certifiables telles l’ISO 9001 ou l’ISO 14001 sont accréditées par l’État et certifié par un Organisme certificateur tel l’Afnor qui procède à une évaluation et un audit apportant ainsi son expertise professionnelle. Concrètement, alors qu’une norme certifiable donne des obligations, les normes non-certifiables donne des directions, ce qui se traduit textuellement par « il convient de » plutôt qu’« il faut que ». La norme ISO26000 apparait donc comme un guide modulable en fonction du cas de l’entreprise, on parle d’alignement et non de conformité. 

Par ailleurs, on observe qu'une démarche RSE n'est pas obligatoire pour les TPE/PME mais bien issue de volontariat, bien que d'après France Stratégie : "au plus on va pousser la règlementation, au plus cela va inciter les entreprises à prendre de bonnes initiatives en termes d'éthique et d'environnement."

Champs d’actions

La norme ISO26000 est l’idée que les entreprises, les organisations existent dans et par la société et qu’elles ont des comptes à lui rendre, qu’elles doivent être actrices à part entière du développement durable. Cette dernière permet de :

La norme ISO26000 permettant une démarche RSE efficace est composée de 7 questions centrales interdépendantes.

Les 7 questions centrales de la norme ISO26000

Il convient de mesurer les impacts qu’une organisation génère au regard de chaque question centrale que la norme ISO26000 cultive. Ces questions lui permettent de concrétiser la mise en place de la démarche RSE. Ce sont donc 7 questions qui sont investies et déclinées en 36 domaines d’actions.

Démarche RSE
  1. La gouvernance : c’est-à-dire la manière dont est organisée l’entreprise tant sur le plan décisionnel que sur le plan stratégique. La gouvernance facilite la mise en place de processus et structures promouvant l’utilisation des principes et pratiques de la Responsabilité Sociétale. En théorie « La gouvernance d'une organisation est le système par lequel une organisation prend des décisions et les applique en vue d'atteindre ses objectifs. »En pratique, la gouvernance de l'organisation est le facteur le plus important. Une gouvernance efficace doit intégrer les principes de la RSE dans les processus de décisions et de mise en œuvre. Elle est au cœur de multiples questionnements : comment l'entreprise a-t-elle identifié ses valeurs ? Comment la stratégie de l'organisation est-elle définie ? Quels indicateurs paraissent déterminants pour une gestion pérenne de l'organisation ?

    À privilégier pour une bonne pratique pour sa démarche RSE : Inscrire la RSE dans les documents de référence interne (Stratégie, accueil des salariés, fiches de poste..), établir une cartographie des risques : humains, économiques, environnementaux, ou aussi mettre en place un plan de communication avec les parties prenantes.


  2. Les droits de la personne : cette question, très détaillée dans l’ISO26000, s’attache à la prévention de la complicité aux droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Elle incite à ne prendre part ni activement, ni passivement aux violations des droits fondamentaux et en assurer le respect. Tout en analysant sa capacité à influencer ou encourager d’autres structures sur le respect des DH (sphère d’influence). Elle intègre la notion de vigilance ce qui est primordial : le devoir de vigilance passe « par l'identification des risques de non-respect des principes décrits par les droits de l'homme au sein de sa propre structure mais également au sein du territoire où elle exerce ses activités. » Elle pose question sur les droits fondamentaux de travail, la politique salariale et sa gestion, mais aussi sur les fournisseurs auxquelles l’entreprise est liée et leurs pratiques des Droits de l’Homme. Fait s’interroger sur les modes de production, la main d'œuvre employée, le contexte social et/ou politique lieu de la production, les formes de discrimination et mettre en œuvre des moyens de remédier aux éventuelles atteintes.

    Quelques exemples à suivre : mettre en place une formation à la non-discrimination dans son entreprise, être signataire de la charte de la diversité ou encore préciser et communiquer les sanctions, internes à l’entreprise et légales en cas de harcèlement et de sexisme.


  3. Les relations et conditions de travail : ses domaines d’actions concernent le dialogue social, la santé et la sécurité au travail mais aussi le développement du capital humain. Elle conseille de mettre en œuvre des conditions de travail équitables et satisfaisantes pour ses salariés. De leur créer un environnement favorable à leur épanouissement (dialogue social, rémunérations justes et équitables, respect de leur intimité, employabilité…). Elle interroge les entreprises dans leur démarche RSE sur les questions types suivantes : Comment mon entreprise s'assure-t-elle que les conditions de travail sont conformes à la législation ? Quels moyens je mets en place pour motiver mon personnel ? Quelles actions sont menées dans mon entreprise pour répondre aux exigences d'hygiène, de sécurité et de santé ?

    Il convient pour y répondre de formaliser une politique de préventions des risques, d’écrire et diffuser une charte sur le droit à la déconnexion, de rédiger un guide d’accueil et de bonnes pratiques, ou d’aménager les horaires de travail (arriver plus tôt pour terminer plus tôt, ou à l’inverse plus tard).


  4. L’environnement : parce que chaque entreprise par son activité, sa localisation et sa structure, impacte l'environnement, cette question repose sur 4 points. La prévention de la pollution (émissions dans l’air, rejets dans l’eau, déchets…), l’utilisation durable de ressource (améliorer son efficacité énergétique, écoconception…), l’atténuation des changements climatiques (réduction des gaz à effet de serre), in fine la protection de l’environnement et de la biodiversité (utilisation des sols et des ressources naturelles de manière durable). Elle incite au respect et à la promotion des principes environnementaux, à travers une approche intégrée. À noter qu’aujourd’hui seulement 2% des entreprises intègrent la biodiversité dans leur politique environnementale.

    L’idée est donc de mettre en œuvre une évaluation de l’impact environnemental des actions, d’utiliser des produits éco labélisés, de réaliser une Analyse Cycle de Vie (ACV) ou même de former aux éco gestes et à l’éco conduite. 


  5. La loyauté des pratiques (éthique des affaires) : cette question s’attache à la lutte contre la corruption, la promotion de la Responsabilité Sociétale dans la chaîne de valeur (sensibilisation) au respect des droits de propriété (tant physique qu’intellectuel), à l’engagement politique responsable (transparence en termes de lobbying, interdire la désinformation…) et à la concurrence loyale. L’éthique concerne en effet les valeurs d’honnêteté, d’intégrité et d’équité, c’est pourquoi on s’intéresse à la sélection des fournisseurs, aux critères RSE dans la chaîne de sous-traitance, au choix de fournisseurs locaux et engagées... Ce qui pousse les organisations à se demander comment intégrer des critères RSE dans le cahier des charges et comment vérifier ces critères. 

    Pour y répondre, il est envisageable de mettre en place un suivi du délai de paiement par fournisseur, de sensibiliser les acheteurs aux achats responsables et de faire signer un guide de bonnes pratiques commerciales à l’ensemble des salariés, ou encore de favoriser des fournisseurs locaux.


  6. Questions relatives aux consommateurs : plusieurs domaines d’action lui sont consacrés comme la protection des données et de la vie privée des consommateurs, la consommation durable (surconsommation, respect des animaux…), l’accès aux services essentiels (eau, gaz, électricité…), l’éducation et la sensibilisation, le SAV, l’assistance et la résolution des litiges pour les consommateurs ( traitement des réclamations…) ou encore l’importance des pratiques loyales en matière de commercialisation, d’information et de contrats (pas de termes contractuels abusifs, des infos claires et vraies). Il est alors de mise de se questionner sur les risques liés à l’utilisation des produits de son entreprise ou encore sur les moyens mis en place pour le retour de produits défectueux par exemple.

    Il est possible de mettre place un dispositif de collecte et de mesure de la satisfaction des clients, de réaliser une enquête de satisfaction client, de mettre en place une F.A.Q ou de renforcer des partenariats auprès des territoires.


  7. L’ultime question en non des moindres concerne le développement local et l’intérêt général. Ses domaines d’action sont la santé, l’investissement dans la société, la création d’emplois et le développement de compétences, tout comme le développement des technologies et l’implication auprès des communautés. Il convient que l’organisation se considère comme faisant partie intégrante de la communauté (zone géo ou groupe de personnes partageant des caractéristiques particulières), la reconnaisse, envisage d’apporter son appui aux politiques publiques concernées. On peut se demander comment l'organisation s'implique dans des réponses aux enjeux portés par son territoire d'implication, ou encore comment l'entreprise contribue à la création de richesse sur son territoire.

    Peut être mis en œuvre : un comité de mécénat, un indicateur permettant de définir le pourcentage d’achats locaux, un partenariat avec une action solidaire associant les parties prenantes, travailler avec des ESAT...

La norme structurante des démarches RSE de Rupture Engagée

Si cette norme est si centrale pour Rupture Engagée c’est parce qu’elle rythme son fonctionnement. En effet, notre technique d’accompagnement pour la démarche RSE est basée sur la norme ISO26000. Cette norme comprend l'ensemble des champs d'action qui nous paraissent essentiels pour vous accompagner dans vos démarches RSE.

Démarche RSE

Cette démarche holistique est le référentiel le plus approprié à nos yeux pour penser et construire à vos côtés une démarche RSE solide et pérenne.

Nous vous conseillons grandement de mettre en place une démarche RSE en suivant les principes de cette norme, car c'est la norme RSE la plus complète, crédible, et facile à mettre en œuvre. Vous pouvez nous contacter à bonjour@ruptureengagee.com pour plus d'informations !

Le Label LUCIE, vous connaissez ? Nous pouvons vous accompagner !

Le Label LUCIE est le label RSE de référence, pour les TPE/PME. LUCIE est avant tout une démarche de progrès en RSE, qui encourage et accompagne les entreprises à mettre en place un plan d'action, afin de progresser en RSE. Marion MARTINEZ, fondatrice de Rupture Engagée, a travaillé 2 ans pour ce label, et est maintenant consultante référencée LUCIE ! Cela veut dire que nous pouvons vous accompagner dans cette démarche de labellisation !

Le Label LUCIE : Label RSE de référence en France

LUCIE, c'est une offre RSE complète et globale, à destination des TPE et PME. Quand elle est intégrée au cœur de la stratégie, la RSE est un réel levier de performance et de pérennité pour les entreprises. LUCIE fait donc la promotion d'une RSE Positive, qui a un impact positif sur les hommes et le territoire.

Depuis 2007, LUCIE propose des accompagnements accessibles quels que soient votre niveau, votre taille ou vos moyens. Leurs outils sont construits à
partir des grands référentiels internationaux (ISO 26000, ODD,
ISO 14001, etc.). Grâce à eux, il est plus facile de mettre en œuvre une démarche RSE qui contribue à la performance de votre organisation.

Une démarche RSE présente de nombreux avantages : Cela vous permet d'augmenter la performance globale de votre entreprise, attirer et fidéliser vos collaborateurs, vous différencier sur le marché pour attirer de nouveaux clients, et surtout, contribuer à la résolution des problématiques sociales et environnementales.

La Communauté LUCIE

Unique en Europe, la Communauté LUCIE est constituée d’acteurs engagés en
RSE
et déterminés à impacter positivement leurs territoires. Partageant les mêmes valeurs, les membres de la Communauté LUCIE se réunissent régulièrement dans toute la France pour co-construire la RSE de demain.

Pour découvrir leur brochure, RDV ici !

Marion MARTINEZ devient consultante référencée LUCIE !

Marion MARTINEZ, fondatrice dirigeante de Rupture Engagée a travaillé durant près de 2 ans pour le Label LUCIE. Ainsi, nous connaissons bien les méthodes et les spécificités du Label ! Depuis Janvier 2021, Marion est consultante référencée LUCIE, ce qui veut dire qu'elle peut vous accompagner dans le processus de labellisation, ou dans le parcours 1,2,3 LUCIE, qui vous permet de vous former à la RSE et de vous auto-évaluer, selon la norme ISO26000.

Il existe de nombreuses possibilités pour se faire certifier ou labelliser RSE. LUCIE est la démarche la plus crédible, mais aussi la plus engageante. Elle vous concernera si vous avez un engagement sincère ! et que vous avez à cœur de progresser.

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter Marion MARTINEZ sur marion@ruptureengagee.com.

A bientôt !

Rupture Engagée devient associé - actionnaire chez Time for the Planet !

Time for the planet : Qui sont-ils ?

Time for the Planet créé des entreprises pour lutter à l'échelle mondiale contre le réchauffement climatique et la fin des ressources naturelles !

"Les scientifiques nous alertent depuis 50 ans. Nous sommes responsables de notre destin et de celui des générations futures. Nous considérons que l'Humanité est dans une situation d'urgence vitale absolue. Il faut prendre les choses en main et changer les règles du jeu. Il est désormais absolument nécessaire d'agir, dans une dynamique optimiste et combative. It's time ! Time for the planet" déclarent les associés de Time for the Planet

L'objectif de Time for the planet est simple :

Pour découvrir leur dossier de presse : Rdv ici !

Pourquoi devenir associé-actionnaire ?

Pour la simple raison que nous devons tous contribuer à la résolution des problématiques sociales, climatiques et environnementales actuelles ..!

Rupture Engagée a rejoint leur combat.

Et vous ? Nous sommes la dernière génération a pouvoir agir contre le changement climatique.

Vous aussi devenez associé-actionnaire, que vous soyez un particulier ou un professionnel, et ce, à partir de 5€.

Nous sommes animateurs de la Fresque du Climat !

Qu'est ce que la fresque du climat ?

La fresque du climat est un atelier de réflexion, créativité et discussion autour des causes et conséquences du changement climatique.

La fresque du climat a pour mission de sensibiliser un maximum de personnes sur le changement climatique.

Le principe est simple : En groupe de 4 à 10 personnes, les participants doivent positionner 42 cartes sur une fresque.

Depuis sa création en novembre 2018, l'association bat des records de croissance. Ce sont plus de 100000 personnes sensibilisées, et 5000 animateurs, dont nous faisons partie !

La fresque du climat dans votre entreprise

Nous vous conseillons d'organiser cet atelier dans votre entreprise, afin de sensibiliser vos collaborateurs au changement climatique, et donc au pourquoi de votre démarche RSE !

Afin d'obtenir l'adhésion et la participation de vos collaborateurs à votre démarche RSE, il est important qu'ils comprennent POURQUOI vous mettez en place ces actions et engagements. Evidemment, il y a de nombreux avantages à mettre en place une démarche RSE, on en a parlé dans cet article, mais un des avantages principal, est de contribuer à la résolution des problématiques sociales, environnementales, et climatiques de notre société !

Cet atelier nécessite une plage horaire de 3h.

Il faut environ un animateur pour maximum 12 personnes, mais si vous êtes un grand groupe, pas de problème, nous connaissons de nombreux animateurs de la fresque très engagés en RSE !

Enfin, sachez que la fresque a été 100% digitalisée suite au contexte sanitaire actuel. Alors que ce soit en présentiel, où à distance, nous avons les outils pour animer cet atelier pour vous !

Pour plus de renseignements, vous pouvez nous contacter sur bonjour@ruptureengagee.com ! A bientôt !

Rupture Engagée est classée 3ème parmi les sociétés de Conseil RSE, sur le plan environnemental !

Qui a dit qu'il fallait être une grosse structure pour être exemplaire sur le plan environnemental ? Sans doute pas nous. Depuis notre création, nous travaillons dur pour diminuer l'impact environnemental de notre activité, et augmenter l'impact positif de nos actions. Aujourd'hui, cette 3ème place sur le podium est une belle récompense !

Zei, l'accélérateur d'impact RSE

Zei est une plateforme d'engagement, qui permet aux entreprises d'obtenir une notation sur divers thèmes de la RSE : Environnement, social, gouvernance ...

L'objectif : Que 100% des marques deviennent transparentes !

La méthode est simple : L'entreprise doit remplir un questionnaire d'information, qui permet ainsi de générer différents indicateurs RSE, adapté à son secteur et sa taille. L'entreprise doit ensuite justifier ses actions et engagements sur chacun des indicateurs. Des pièces justificatives sont systématiquement demandées, et vérifiées par l'équipe Zei.

Nous sommes très fiers d'avoir obtenu le score de 93% sur la performance environnementale, ce qui nous classe 3ème des cabinets de conseils RSE sur le plan environnemental !

Découvrez notre fiche Zei !

Les engagements environnementaux de Rupture Engagée

L'environnement est au cœur de nos préoccupations. Bien que nous soyons une petite structure, nous sommes convaincus que nous pouvons agir pour l'environnement. L'objectif est double : Prendre soin de la planète, et montrer l'exemple aux autres entreprises !

Nos bonnes pratiques environnementales :

Chaque entreprise, par son activité, sa localisation et sa structure, impacte l’environnement. C’est donc de sa responsabilité d’agir sur la prévention de la pollution, l’utilisation durable des ressources, l’atténuation des changements climatiques, et la protection de l’environnement.

Pour répondre à cet enjeux, Rupture Engagée met en place différentes actions : 

C'est à vous !

Vous souhaitez vous aussi valoriser votre engagement via la plateforme Zei ? Bonne nouvelle, nous sommes partenaires, et pouvons vous accompagner dans votre démarche d'évaluation RSE !

L'avantage de Zei est double :

Si cela vous interesse, n'hésitez pas à contacter Marion, à marion@rutpureengagee.com !

A bientôt !

Les facteurs clés de succès pour réussir sa démarche RSE

Publié le 3/01/21

Engager une démarche RSE pour son entreprise est sûrement l’une des meilleures décisions pour assurer sa longévité ! En effet, une telle démarche comporte de nombreux avantages car elle vise l’amélioration des performances, la réduction des coûts ou encore le développement de relations durables au sein de l’entreprise. Mais comment la mettre en place ? Par où commencer ? Comment réussir sa démarche RSE ? Aujourd'hui, on vous partage les facteurs clés de succès d'une démarche RSE efficace et rentable. 

Faire face aux blocages

Rupture Engagée a d’ores et déjà accompagné des dizaines d'entreprises, dont certaines qui, malgré leurs efforts, n'arrivaient pas à tirer profit de leur démarche RSE. C’est nécessairement frustrant de ne pas parvenir à obtenir les résultats souhaités lorsqu’on s’en donne les moyens et qu’on en a la volonté. Mais faire des efforts pour être plus engagé, l’investissement de ressources en accord avec ses valeurs peut être vain si la méthode employée n’est pas optimale. Réussir sa démarche RSE passe par l’information et l’accompagnement et c’est pourquoi nous vous délivrons nos conseils pour aller plus loin dans votre démarche RSE. Voici nos astuces clés pour réussir sa démarche RSE et lui permettre de vous être réellement favorable et rentable.

Réussir sa démarche RSE en suivant une méthode qui fonctionne !

Mettre en place une démarche RSE ne s'improvise pas, mais s’apprend. Loin d’être innée, la démarche RSE peut parfois sembler obscure à initier. Pas de panique, on vous soumet notre méthode efficace pour réussir sa démarche RSE !

Voici la méthode que nous utilisons, et que nous préconisons de suivre pour réussir sa démarche RSE dans son entreprise :

Travailler en équipe : le chemin vers la réussite !

Notre deuxième conseil pour réussir sa démarche RSE c’est de privilégier les rapports humains et ne jamais les sous estimer.

Réussir sa démarche RSE

Il faut savoir qu'une démarche RSE ne fonctionne pas sans l'impulsion du dirigeant. Réussir sa démarche RSE c’est être le moteur de cette démarche ! Mais elle ne fonctionne pas non plus sans l'implication des collaborateurs. En effet une démarche RSE doit être appliquée par l'ensemble des parties prenantes internes de l'entreprise pour fonctionner. C'est pourquoi le travail en équipe est de mise.

Enfin, on vous propose d'envisager le travaille en équipe grâce à la norme ISO26000. Cette norme comprend 7 questions centrales : 7 thèmes différents tous plus importants les uns que les autres. Nous vous préconisons de former des groupes de travail volontaires sur chacune des questions centrales de la norme ISO26000 ! C'est une astuce simple et efficace pour mobiliser ses collaborateurs !

Faire vivre sa démarche RSE en faisant appel à l'expertise de Rupture Engagée !

Entretenir sa démarche RSE c’est l’optimiser ! Plusieurs choix sont possibles, comme on dit souvent, tous les chemins même à Rome, et bien pour les astuces qui suivent, c’est pareil ! Elles vous mèneront toutes à la réussite !

La première clé pour appliquer sa démarche est d’opter pour l’organisation d’un atelier d'intelligence collective ! C’est connu, on est toujours plus performant lorsque plusieurs cerveaux réfléchissent dans un but commun. On peut, ainsi, faire ressortir de très belles idées lors d'ateliers d'intelligence collective, c’est pourquoi il ne faut plus hésiter à se lancer ! Rupture Engagée vous propose son expertise pour trouver le moment idéal afin d’organiser ce type d’atelier dans votre entreprise, un atelier qui répondra à votre principal challenge du moment.

Former et sensibiliser ses collaborateurs à la RSE est un autre point essentiel pour réussir sa démarche RSE ! En effet, la formation et la sensibilisation permettent la bonne application d’une démarche RSE et le respect des enjeux de l’entreprise. Les parties prenantes doivent comprendre Qu’est-ce que la RSE pour pouvoir être impliquées dans cette démarche. Ces dernières seront ensuite les meilleurs ambassadeurs pour parler des engagements de votre entreprise

Enfin, mobiliser ses collaborateurs le temps d'une conférence inspirante est une manière efficace de les inciter à passer à l'action ! Cela peut être une conférence sur la RSE, ou sur la transition écologique. Pleins de choses peuvent être mises en place pour réussir sa démarche RSE grâce à l’expertise de Rupture Engagée. Alors, qu’attendons-nous pour en discuter ensemble ? 


Prenons un rendez-vous téléphonique sans plus tarder et faisons de votre démarche RSE une démarche pérenne, efficace et rentable !

Les 8 avantages d'une démarche RSE pour une TPE-PME

Publié le 27/12/20

Initier une démarche RSE au sein de son entreprise comporte de nombreux avantages pour sa gouvernance et sa pérennité. Bien que ce type de démarche soit investie par beaucoup d’entreprises et notamment par les TPE et PME, peu d'entre elles développent des démarches RSE structurées et valorisées. En effet, d'après une étude de Bpifrance Le Lab, 50% des dirigeants de PME ont une véritable démarche RSE ! Mais uniquement 25% ont une démarche structurée avec un plan d'actions à court ou moyen terme. C’est pourquoi il est essentiel de connaître sans plus tarder les avantages d’une démarche RSE. Ça tombe bien, on vous dit tout dans cet article !

La RSE en quelques mots

Pour rappel, la Responsabilité Sociétale des Entreprises correspond à l’application du développement durable en entreprise et comprend diverses dimensions : sociales, environnementales, éthiques et économiques. La RSE est donc l’application volontaire de ses dimensions et enjeux dans la stratégie et les pratiques d’une entreprise. Cette dernière prend tout son sens lorsqu’on comprend ses fondements et que l’on prend connaissance de ses cadres et référentiels légaux. Les avantages d'une démarche RSE sont réels c'est pourquoi la RSE est plus que jamais, aujourd'hui, une démarche centrale à adopter pour les entreprises !

Structuration un jour, structuration toujours !

La structuration, c'est-à-dire le processus visant l’organisation, la configuration et l’articulation de procédés, est la clé pour engager son entreprise et ainsi découvrir les avantages d’une démarche RSE. Pour dégager ces fameux avantages d’une démarche RSE, vous l’aurez compris : il faut structurer ! Oui, mais pourquoi ?

Avantages d'une démarche RSE

Structurer sa démarche RSE est une étape indispensable pour :

- Mettre en place de véritables engagements

- Travailler sur tous les thèmes de la RSE

- Communiquer sur les actions RSE et les valoriser

- Être crédible auprès de ses parties prenantes

- Tirer profit des avantages d'une démarche RSE efficace et rentable.

Mais quels sont ces avantages d'une démarche RSE ?

8 avantages d’une démarche RSE

Les avantages d’une démarche RSE sont nombreux ... mais en voici quelques-uns pour y voir un peu plus clair :

Avantages d'une démarche RSE

Anticiper les contraintes et prévoir les risques :

Si aujourd'hui les TPE/PME n'ont pas d'obligations légales de faire de la RSE, cela ne saurait tarder, alors autant prendre de l'avance sur ces sujets. De plus, identifier les risques permet de mieux les prévenir, et mieux les gérer. Cela permet donc de réduire les risques sociaux et environnementaux, et la réparation qui peut être nécessaire ..!

Réduire les coûts liés à l'activité de l'entreprise :

Évidemment, une démarche RSE permet de réaliser des économies. Réduction des consommations d'eau, d'énergie, de papier, réduction des coûts liés au turnover, à l’absentéisme, augmentation de la performance ... Une démarche RSE rapporte de l'argent, et c'est mesurable concrètement !

Améliorer la qualité de vos services et votre valeur ajoutée :

En co-construisant de nouvelles solutions avec vos parties prenantes, pour répondre à de nouveaux besoins.

Améliorer la réputation de votre entreprise :

Une démarche RSE structurée permet d'améliorer votre image de marque, et peut devenir un véritable facteur de différenciation auprès de vos concurrents, lors d'appel d'offre, etc.

Attirer et garder des talents :

76% des millénials estiment que l'engagement sociétal d'une entreprise est plus important que le salaire. Un salarié qui se sentira aligné avec vos valeurs, sera fidèle à votre entreprise et sera plus performant au quotidien.

Fédérer les collaborateurs autour d'un projet commun :

Les collaborateurs souhaitent être impliqués dans la démarche RSE de leur boite ! C'est un véritable facteur de cohésion et de responsabilisation des équipes.

Avantages d'une démarche RSE

Développer des relations durables avec vos parties prenantes :

En les identifiant, les hiérarchisant, vous pouvez développer une véritable relation de confiance et de coopération avec elles.

Améliorer la performance de l'entreprise :

Evidemment ! Une démarche RSE structurée et suivie est rentable, et permettra à votre entreprise d'être plus performante.

Oui, les avantages d’une démarche RSE sont nombreux ! Mais pour les obtenir, il n'y a pas de secret : encore une fois, il faut structurer sa démarche RSE.

Structuration, anticipation et amélioration telles sont les promesses et les avantages d’une démarche RSE efficace et rentable ! 


Pour aller plus loin, découvrez notre brochure sur la valorisation de vos engagements RSE :

Pour l'obtenir et la télécharger c’est par ici !

Vous faites sûrement déjà de la RSE sans le savoir, et vous avez peut-être déjà commencé à structurer votre démarche. Bravo !

Et maintenant, si on voyait ensemble comment aller un cran plus loin ?

Nous vous proposons d'organiser un échange téléphonique dans les jours qui viennent, afin de déterminer ensemble les prochaines étapes afin de structurer davantage votre démarche RSE !

Qu'est-ce que la RSE ? Partie 2

Publié le 21/12/20

La Responsabilité Sociétale des Entreprises est une démarche comprenant plusieurs dimensions (environnementales, sociales, éthiques, économiques) et qui correspond à l’application du développement durable au sein des entreprises. Pour y parvenir, cette démarche s’instaure dans différents cadres et objectifs précis. Qu’est-ce que la RSE ?  Le sujet a déjà été traité dans notre premier article ! La suite aujourd'hui pour comprendre ses cadres, normes et différents référentiels !

Qu’est-ce que la RSE : les différents cadres et référentiels 

Pour qu’elle soit structurée et valorisée, la RSE se doit d’être une démarche pensée et investie sous la coupe de deux notions phares : la matérialité et les parties prenantes de l’entreprise. C’est en ce sens que le besoin de mesurer et de faire état de l’environnement initial de l’entreprise se développe.

Voir l’article

Mais comment faut-il mesurer ? Et sur la base de quoi ? Telles sont les questions à se poser ! Et ces questions ne sont pas des moindres car elles déterminent précisément le type de démarche RSE employée. En effet, en fonction du référentiel sur lequel on s'appuie la démarche RSE peut s'avérer bien différente.

Le Global Reporting Initiative

Le premier référentiel utile dans la mise en place d’une telle démarche est le Global Reporting Initiative. Le GRI a été créé par l’ONG américaine en 1997 et est à l’initiative du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et de la Coalition for Environmentally Responsible Economies (CERES).

Il se dit être le cadre « [d]es meilleures pratiques pour rendre compte publiquement de ses impacts économiques, environnementaux et sociaux ». Sa mission consiste à développer les directives applicables mondialement en matière de développement durable pour qu’elles puissent rendre compte des performances économiques, environnementales et sociales. Initialement pour des sociétés puis, par la suite, pour n'importe quelle organisation gouvernementale ou non gouvernementale.

Ce premier référentiel type permet de situer sa démarche RSE et de la quantifier. « Chiffrer » est donc son crédo ! 

Un Global Compact

Mais le GRI est loin d’être le seul référentiel existant. Le Pacte mondial des Nations Unies fait lui aussi partie des référentiels propres à une démarche RSE. Il se présente comme une charte dénombrant 10 grands principes relatifs aux droits de l’Homme, à l’environnement, aux normes internationales du travail ou encore à la corruption.

Le Pacte mondial, ou Global Compact, est une initiative des Nations unies lancée en 2000 (idée initiale de Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU à l’époque) et recensant plus de 1 100 signataires et 600 adhérents.

Ces organisations se sont donc engagées à mettre en œuvre les 10 principes au sein de leur entreprise et à communiquer annuellement sur les progrès réalisés, c’est la Communication sur le Progrès (COP). 

Cette mise en ligne rend compte des progrès et accroît le partage d'expérience permettant d'affiner qu’est-ce que la RSE.

Les Objectifs de Développement Durable

Sans oublier le benjamin des outils indiquant qu’est-ce que la RSE :  les Objectifs de Développement Durable (ODD) ! Ces objectifs définissent 17 priorités pour un développement socialement équitable, sûr d’un point de vue environnemental, économiquement prospère, inclusif et prévisible à l'horizon 2030. Ils ont été adoptés en septembre 2015 par l’ONU dans le cadre de l’Agenda 2030.

Le référentiel le plus concret et valorisant en RSE : La norme ISO 26000 

Ces différents référentiels traitent aujourd'hui de différents thèmes, au travers de différentes méthodes. Il existe cependant un référentiel complet, concret, et engageant : La norme ISO 26000.

Cette norme se trouve être le référentiel le plus complet pour engager une démarche RSE. Cette norme est LA NORME qui reprend les différents textes propres à la RSE et même qui les dépasse. La norme ISO 26000 c’est le « Chuck Norris des référentiels RSE ». Difficile à croire ? C’est prouvé et approuvé dans notre article dédié : La norme ISO 26000

En effet, la norme ISO 26000 est une norme internationale promulguée par l’ISO (Organisation Internationale de Normalisation) en 2010 qui permet d’assimiler le plus efficacement possible qu’est-ce que la RSE. Elle est l’idée que les entreprises, les organisations existent dans et par la société et qu’elles ont des comptes à lui rendre, qu’elles doivent être actrices à part entière du développement durable.

Pour cela, la norme apporte des lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale c’est-à-dire des recommandations afin d’aider les entreprises à définir les modalités d’intégration de la RSE au sein de leur organisation.

Son objectif est clair : contribuer au développement durable ! 

A noter que cette norme est une norme non certifiable : On ne peut pas être certifié ISO26000, mais on peut suivre cette norme pour prouver son engagement.

Cette norme est composée de 7 questions centrales, eux mêmes divisés en 36 domaines d'actions. Traiter chacun de ces points, c'est la promesse de déployer une démarche RSE globale, complète, et de confiance. En effet, l'ISO26000 ne met aucun thème de coté, et encourage les entreprises à s'engager sur tous ces différents aspects :

Les obligations réglementaires en RSE

La règlementation définit ce qui est obligatoire pour les entreprises. Elle se base sur le code de l’environnement, le code du travail ou encore le code du commerce. C’est avec l’essor du numérique en 2001, que la RSE se voit réglementée avec la loi des Nouvelles Régulations Economiques (NRE).

Cette dernière souhaite prévenir les risques de la mondialisation en exigeant, de la part des entreprises cotées, une transparence d’informations liées aux conséquences sociales et environnementales dans les rapports d’activité/ de gestion. 

Puis une dizaine de réglementations sont nées en renfort de cette loi pour protéger l’environnement et répondre à qu’est-ce que la RSE, lui permettant de devenir ce qu’elle est aujourd’hui à savoir une démarche permettant d’assurer la pérennité des entreprises.

Si la règlementation existe bel et bien, elle s’adresse plus spécialement aux grandes entreprises :

Bien que les TPE/PME ne soient pas directement impactées par cette réglementation, il existe des obligations non règlementaires, et de fortes incitations encourageant les plus petites structures à mettre en place une démarche RSE.

On pense notamment à l'attente de la part des grands comptes, qui attendent de la part de leurs fournisseurs (souvent des TPE/PME) un engagement RSE dans le cadre du devoir de vigilance, ou bien des investisseurs qui sont de plus en plus attentifs à ces critères.

On constate aussi l'intégration presque systématique de critères RSE lors d'appels d'offres et de marchés publics.

En conclusion, si les TPE/PME n'ont à ce jour pas de contraintes légales à faire de la RSE, il est évident qu'elles sont de plus en plus incitées à en faire, que ce soit dans un soucis d'anticipation des contraintes, ou d'attentes de la part des différentes parties prenantes (internes, ou externes)

En conclusion :

La RSE se définit donc par de nombreuses dimensions qu’il est important de prendre en compte dans sa démarche pour sa propre entreprise. Mais par où commencer ? Comment s'y prendre ? Comment engager ces collaborateurs ? Comment faire vivre ces engagements ?

Que vous ayez des questions sur les règlementations ou la RSE en générale, prenons contact pour en discuter ensemble : un rendez-vous en deux clics juste ici !

Parce qu’une démarche RSE se construit et se pense pas à pas, engageons ensemble votre entreprise dans une démarche RSE efficace et rentable ! 

Qu'est-ce que la RSE, concrètement ?

Publié le 11/12/20

Parlons peu mais parlons RSE, oui mais qu’est-ce que la RSE ? La RSE, c’est-à-dire la Responsabilité Sociétale des Entreprises, peut être définie par différentes dimensions qu’elle cultive : environnementales, sociales, éthiques et même économiques. Elle nait dès les années 90 et se trouve être aujourd’hui la démarche nécessaire à appliquer au sein des entreprises pour assurer leur pérennité. Voici la première partie de l'article Qu'est-ce que la RSE.

Qu'est-ce que la RSE : du développement durable à la RSE

Les questions environnementales ont une origine bien plus lointaine qu’il n’y paraît mais pour comprendre qu’est-ce que la RSE, il faut retourner en 1987 lors de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement organisée par l’ONU et s’intéresser à ce qui l’a initiée à savoir : le développement durable. Mais le développement durable, c’est quoi si ce n’est la genèse de la RSE ? D’après la définition du rapport Brundtland, le développement durable correspond à “un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs". Ce dernier repose sur 3 piliers fondamentaux afin d’être vivable, équitable et viable :

 

  1. Un objectif social qui touche la société et vise à satisfaire l'ensemble de ses besoins
  2. Un moyen, l’économie afin d'assurer la création de richesses
  3. Une condition : l’environnement c'est-à-dire la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles et énergétiques
Qu'est-ce que la RSE
Développement durable

Ce sont l’ensemble de ces notions qui constituent et alimentent le développement durable. En outre, les années 90 sont marquées par des crises sociales, environnementales et sanitaires (crise de la vache folle notamment), c’est dans ces conditions critiques que le concept du développement durable prend de l’ampleur et se voit véritablement formalisé. L’idée phare que l’être humain doit se développer d’une façon durable et soutenable pour permettre la préservation des conditions de vie des générations futures prend tout son sens lors de multiples rassemblements internationaux visant à appliquer ce concept avec le Sommet de la Terre en 1992 à Rio, la CCNUCC ou encore le protocole de Kyoto.

À la question qu'est-ce que la RSE, il faut bien se familiariser avec le fait que cette démarche est née dans cet élan de prise de conscience collective sur l’importance de protéger et préserver notre environnement/ notre planète. Elle s’affirme ainsi comme « l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes” d’après la Commission Européenne.
La Responsabilité Sociétale des Entreprises s’intéresse donc à la capacité de ces dernières à prendre en compte volontairement et/ou juridiquement en leur sein des enjeux sociétaux, environnementaux, économiques et éthiques. Cette prise en compte doit s’inscrire dans la stratégie et les pratiques de l’entreprise. In fine, la RSE est l’application du développement durable et ses fondements en entreprise.

Maintenant que la RSE est lisible comme un livre ouvert, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin ! Maîtriser qu’est que la RSE passe aussi par la connaissance de quelques chiffres clés !

Les chiffres RSE à connaître

Comprendre qu’est-ce que la RSE c’est comprendre que la RSE se retrouve dans beaucoup d’entreprises parfois même de façon inconsciente pour les dirigeants. On note en 2020 que 90% des dirigeants de PME/ETI françaises mènent des actions RSE alors qu’elles n’ont aucune obligation de publier de rapport dédié. Cependant, ces actions RSE ne sont pas toujours structurées, lorsqu’on s’intéresse aux structures qui possèdent des documents formalisés, des politiques rédigées ces taux diminuent nettement : 50% des dirigeants de PME/ETI ont une véritable démarche RSE et 25% une démarche structurée avec un plan d’actions à court ou moyen terme d'après Bpifrance Le lab

Or l’engagement sociétal d’une entreprise est aujourd'hui plus que jamais nécessaire à sa survie, 55% des salariés (et 75% des millenials) estiment que l’engagement sociétal d’une entreprise est plus important que le salaire d’après Cone Communications en 2017. Par ailleurs,  65% des consommateurs achètent ou boycottent une marque selon ses prises de position et son degré d’implication RSE soit +15 points entre 2017 et 2018.

“Consommer mieux” est le projet porté par les parties prenantes externes des entreprises, de nouveaux clients intransigeants, mais aussi et surtout les parties prenantes internes qui ont cette volonté de s’impliquer et d’être impliqués ce qui poussent les entreprises à revoir leur stratégie et à penser leur démarche RSE. En effet, 70% des salariés français voudraient être plus impliqués dans la stratégie RSE de leur entreprise, d'après le Baromètre RSE Ekodev, Des enjeux et des hommes-Occurrence, novembre 2017. Il ne faut donc plus hésiter à entreprendre une telle démarche mais bien foncer, agir en faisant de la RSE la réponse à cette société en pleine mutation ! 

Comme le dit le dicton “Seul on plus vite, ensemble on va plus loin”, c’est pourquoi les entreprises ont besoin d’être accompagnées dans la structuration, la valorisation et l’animation de leur démarche RSE.

2 notions importantes dans une démarche RSE : 

La Responsabilité Sociétale des Entreprises s’accompagne de deux notions fondamentales. La première est la matérialité qui correspond à “ce qui peut avoir un impact significatif sur une entreprise, ses activités et sa capacité à créer de la valeur financière et extra-financière pour elle-même et ses parties prenantes” (Novethic). La matérialité c’est une approche méthodique et analytique de l’entreprise permettant de prioriser et hiérarchiser les enjeux pertinents pour orienter de façon précise la démarche RSE. Elle peut s’exprimer au travers d’entretiens, d’enquêtes ou de questionnaires adressés aux parties prenantes de l’entreprise, par exemple, afin d’obtenir une vision claire et générale de l’environnement qui la composent. 

Le deuxième aspect et non des moindres pour appréhender qu’est-ce que la RSE est comme on peut l’imaginer : les parties prenantes de l’entreprise ! Elles regroupent "l’ensemble de ceux qui participent à la vie économique de l’entreprise (salariés, clients, fournisseurs, actionnaires), de ceux qui observent l’entreprise (syndicats, ONG), et de ceux qu’elle influence plus ou moins directement (société civile, collectivité locale)”.

Qu'est-ce que la RSE
Parties prenantes

Il ne peut donc pas y avoir une démarche RSE structurée, solide et efficace sans prise en compte de la matérialité et des parties prenantes de l’entreprise. Ces deux notions sont indissociables quand on s’interroge sur qu’est-ce que la RSE. Elles sont le ciment qui forgent et aliment une telle démarche et permettent en partie de positionner la RSE comme un levier de sortie de crise. Mais alors qu’est-ce que la RSE sans matérialité et sans prise en compte des parties prenantes de l'entreprise ? C’est une démarche RSE à repenser et à faire évoluer ! Pourquoi donc ne pas être formé et accompagné dans ce sens ?!


Pour continuer d'en apprendre plus sur la RSE, rendez-vous la semaine prochaine pour notre article Qu'est-ce que la RSE, partie 2 !

Replay webinaire : La RSE comme levier de sortie de crise

La RSE peut nous aider à sortir des crises comme le Covid

📢 Nous étions plus de 90, et ça fait plaisir !
127 inscrits, 90 participants alors qu'on était le 1er lundi des vacances scolaires, cela prouve bien que le sujet est important, et que vous aussi vous croyez au potentiel de la #RSE pour nous sortir de cette crise !

👉 C'était le thème du webinaire d'hier : Pourquoi, et comment la RSE est un levier de #performance en période de crise ?

👉 Herve Dissaux de la société Helevato s'est joint à moi pendant une heure, pour vous présenter des méthodes, retour d'expérience, théories, études de cas afin de vous montrer que la RSE est un outil pour nous sortir de cette crise ... Et des suivantes à venir ❗

Nous n'avons pas épargné la planète ces dernières années, elle ne nous épargnera pas non plus. Le corona est, je pense, une introduction aux futurs chamboulements auxquels nous (entreprises et citoyens), devront faire face dans le futur.

👉 On en a eu la preuve : Les entreprises engagées, ayant une démarche RSE structurée, sont celles qui s'en sont le mieux tiré.

🌿 Apprenons de cette expérience, et engageons nos entreprises vers la voie de la soutenabilité ❗

Les temps forts du webinaire


Comme expliqué en fin de webinaire (59'30), nous vous proposons 2 manières d'aller plus loin, afin de vous aider à mettre en place une démarche RSE efficace et rentable dans votre entreprise.

Aller plus loin

✅ Une formation de 4h. L'objectif ? Vous partager les clés, méthodes et outils pour structurer, valoriser et animer votre démarche RSE.2 dates : 23 novembre ou 14 décembre, 280€TTC❗ Ca se remplit, ne tardez pas à réserver votre place (on privilégie les petits groupes, max 10 personnes) Possibilité de dupliquer cette formation pour votre entreprise particulièrement, à la date qui vous conviendra 

✅ Un atelier en ligne de 1h30. L'objectif ? Mobiliser et engager vos collaborateurs dans votre démarche RSEDate à votre convenance, 100% dédié et personnalisé à votre contexte d'entreprise42€TTC par participant
📧 Enfin : N'hésitez pas à partager ce webinaire ou ce mail à votre réseau, sur LinkedIn... Notre objectif est de montrer aux entreprises qu'elles ont tout intérêt de se saisir de ce sujet si important et essentiel aujourd'hui !

Contactez-nous sur bonjour@ruptureengagee.com pour aller plus loin !